Le partage des ressources est suffisant pour l’émergence de la division du travail

09 janvier 2023 par webmaster
La division du travail s'observe chez de nombreux organismes sociaux. Une étude basée sur un modèle théorique et dont les résultats sont publiés dans la revue Nature Communications démontre que le partage des ressources est suffisant pour l'émergence de la division du travail au sein d'un groupe d'individus initialement identiques.

La division du travail s’observe chez un grand nombre d’organismes. Toutefois, la façon dont la division du travail émerge en l’absence de différences interindividuelles préexistantes reste mal comprise.

À l’aide d’un modèle simple, nous montrons que dans un groupe d’individus initialement identiques, la division du travail émerge spontanément si les fourrageurs partagent une partie de leurs ressources avec les autres membres du groupe. En l’absence de partage des ressources, les individus alternent entre la recherche de nourriture et d’autres tâches. Si les individus qui ne fourragent pas sont nourris par leurs congénères, l’alternance des activités cesse, ce qui entraîne une spécialisation des tâches et l’émergence de la division du travail. En outre, les différences nutritionnelles entre les individus renforcent la division du travail. Ces différences peuvent être causées par des taux métaboliques plus élevés pendant la recherche de nourriture ou par des interactions de dominance pendant le partage des ressources.

Notre modèle propose un mécanisme plausible pour l’émergence auto-organisée de la division du travail dans les groupes d’animaux composés d’individus initialement identiques. Ce mécanisme simple pourrait également jouer un rôle dans l’émergence de la division du travail lors des transitions évolutives majeures vers l’eusocialité et la multicellularité.

Reference :

Kreider, J.J., Janzen, T., Bernadou, A. et al.

Resource sharing is sufficient for the emergence of division of labour.

Nat Commun 13, 7232 (2022). https://doi.org/10.1038/s41467-022-35038-2

Contact :

Abel BERNADOU

A lire aussi