Comment les traces digitales favorisent la coopération ou la tromperie dans les groupes humains?

12 octobre 2023 par webmaster
Les traces digitales sont aujourd'hui largement exploitées par les réseaux sociaux et le commerce en ligne sur Internet. Dans cette étude, nous montrons que dans un contexte non compétitif, l'utilisation de ces traces favorise l’émergence de la coopération dans un groupe d'individus confronté à une tâche de recherche d'information. Par contre, dans un contexte compétitif, leur utilisation favorise au contraire des comportements individualistes et l’échange d’informations peu fiables ou trompeuses entre les individus.

Au cours des trente dernières années, la digitalisation de la société a profondément modifiée les modes de vie et de communication. Les informations échangées entre les individus adoptent de manière croissante la forme de traces digitales qui sont largement exploitées par les réseaux sociaux et le commerce en ligne sur Internet notamment à travers l'utilisation de systèmes de notation et de recommandation qui permettent aux utilisateurs de découvrir de nouvelles options ou de guider leurs choix.

Des chercheurs du Centre de Recherches sur la Cognition Animale, du Laboratoire de Physique Théorique et de la Toulouse School of Economics ont étudié comment et sous quelles conditions des traces digitales pouvaient permettre à des groupes d'individus de coopérer dans une tâche de recherche d'information et quelle était la fiabilité des informations contenues dans ces traces. Les chercheurs ont analysé puis modélisé les comportements individuels de marquage et d'utilisation de traces digitales grâce à une application web interactive intégrant un système de notation similaire à celui utilisé par de nombreuses plateformes de commerce en ligne.

Les résultats publiés dans PNAS montrent que des groupes d'individus peuvent spontanément et sans concertation utiliser les traces digitales résultant de leurs notations pour coordonner leur recherche et trouver collectivement les cases dont les valeurs sont les plus élevées dans un tableau de nombres masqués. Cependant, ces travaux ont également révélés que dans des situations concurrentielles, l'utilisation de traces digitales favorise au contraire la tromperie car une large proportion d'individus diminue alors la fiabilité de l'information contenue dans les traces qu'ils déposent.

Lire le communiqué de presse du CNRS

Figures 1 & 2. Dispositif expérimental constitué d'un réseau d'ordinateurs, utilisé pour l'étude de l'impact des traces digitales sur les comportements de recherche collective d'information dans les groupes humains.

Figures 3 & 4. Application web interactive utilisée par les participants au cours de l'expérience. Cette application permet à des groupes de sujets d'explorer indépendamment par l'intermédiaire d'une interface graphique le même tableau de nombres et de pouvoir interagir indirectement à travers des traces

Référence

Bassanetti, T., Escobedo, R., Cezera, S., Blanchet, A., Sire, C. & Theraulaz, G.

Cooperation and deception through stigmergic interactions in human groups.

Proceedings of The National Academy of Sciences USA

October 10, 2023, 120 (42) e2307880120, https://doi.org/10.1073/pnas.2307880120

 

Contact chercheurs

  • Pour l’Institut des Sciences Biologiques :

Guy Theraulaz

Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA), Centre de Biologie Intégrative (CBI)

& Institute for Advanced Study in Toulouse (IAST)

Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

Université de Toulouse (Paul Sabatier)

31062 Toulouse, France

  • Pour l’Institut de Physique :

Clément Sire

Laboratoire de Physique Théorique

Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

Université de Toulouse (Paul Sabatier)

31062 Toulouse, France

 

A lire aussi