Le blob absorbe les substances pour les mémoriser

Fusion des réseaux veineux de deux blobs © David Villa / CBI-Toulouse / CNRS Photothèque

Le blob est un organisme unicellulaire complexe mais dépourvu de système nerveux. Celui-ci est capable d’emmagasiner une connaissance et de la transmettre à ses congénères mais la manière dont il procède demeurait un mystère. Des chercheuses et chercheurs du Centre de recherches sur la cognition animale (CNRS/UT3 Paul Sabatier)1 viennent de montrer que le blob apprend à tolérer une substance en l’absorbant.

Cette découverte découle d’une observation : les blobs s’échangent de l’information seulement lorsque leurs réseaux veineux fusionnent. Dans ce cas-là, la connaissance circule-t-elle au travers de ces veines ? Dès lors, la substance à laquelle le blob s’habitue constitue-t-elle le support de sa « mémoire » ?

Lire la suite sur le site web du CNRS

Logo pdfTélécharger le communiqué de presse CNRS

 

Publication

Memory inception and preservation in slime moulds : the quest for a common mechanism.

A. Broussard, J. Delescluse, A. Pérez-Escudero et A. Dussutour.

Philosophical Transactions of the Royal Society B le 22 avril 2019.

Contact

Audrey Dussutour

Chercheuse CNRS au CRCA / CBI-Toulouse

+33 5 61 55 64 41

 

 

Des réseaux de micro-pores contrôlent la ventilation et régulent la température des termitières

En combinant l’imagerie à rayons X multi-échelles avec des simulations tridimensionnelles du champ d’écoulement, Guy Theraulaz et Christian Jost du CRCA-CBI Toulouse, en collaboration avec des chercheurs de l’Imperial College à Londres et de l’Université de Nottingham, ont étudié l’impact de la conception architecturale des murs des nids sur l’échange de CO2, le transport de chaleur et le drainage de l’eau

Cette étude publiée dans la revue Science Advances, a permis de montrer que les termites construisent des murs extérieurs qui contiennent à la fois de petits et de grands pores à l’échelle microscopique et ces micro-structures jouent un rôle fondamental dans les propriétés des termitières.

Voir le communiqué de presse du CNRS

Ils en parlent:

Publication

The architectural design of smart ventilation and drainage systems in termite nests.

Singh, K., Muljadi, B.P., Raeini, A.Q., Jost, C., Vandeginste, V., Blunt, M.J., Theraulaz, G. & Degond, P.

Science Advances 22 Mar  2019 Vol. 5 no 3 DOI: 10.1126/sciadv.aat8520

Contact

Guy Theraulaz, Chercheur CNRS au CRCA) – CBI Toulouse, +33 6 17 70 75 30

Diversité de la « prise de décision » chez le blob

En matière de choix, prendre du temps pour évaluer les différentes options expose à la compétition, alors que répondre vite conduit à faire des erreurs. Que faire ?

Dans un article publié dans Proceedings of the Royal Society of London B, Audrey Dussutour, chargée de recherches au CRCA-CBI Toulouse et des chercheurs de l'université d'Uppsala (Suède) ont démontré que même chez les unicellulaires, on observe une grande variété de comportement dans la capacité à prendre de bonnes décisions.

La capacité des êtres vivants à prendre des bonnes décisions est essentielle dans différents contextes écologiques tels que la sélection d'une source de nourriture. Les êtres vivants doivent faire un compromis entre vitesse et précision selon le contexte environnemental. Une hypothèse avancée en écologie comportementale est que la stratégie décisionnelle adoptée par un individu dépend de sa personnalité. Les chercheurs ont testé cette hypothèse chez un organisme atypique: Physarum polycephalum, un unicellulaire géant polynucléé pouvant atteindre plusieurs mètres carrés et qui peut se déplacer à la vitesse record de 4cm à l’heure.

Lire la suite sur le site de l'INSB-CNRS

Publication

Phenotypic variability predicts decision accuracy in unicellular organisms.
Dussutour A, Ma Q, Sumpter D.
Proc. Biol. Sci. B 2019 Feb 13. DOI : doi.org/10.1098/rspb.2018.2825

Contact chercheuse

Audrey DUSSUTOUR, Tél. +33 5 61 55 64 41 ou +33 6 51 02 92 75

L’abeille, une bête en maths

Une équipe de scientifiques franco-australiens a montré que l’insecte pouvait additionner et soustraire...

Lire la suite sur le site LeMonde.fr (article réservé aux abonnés)

 

Les opérations mathématiques sont à la portée des abeilles, qui peuvent apprendre à additionner et soustraire, ont montré des scientifiques français et australiens...

Lire la suite sur le site de Sciences et Avenir (article réservé aux abonnés)

 

© Photo HEINZ-PETER BADER / REUTERS

La drosophile est capable de transmettre ses préférences sexuelles de manière culturelle

Cette étude publiée dans Science le 30 novembre 2018 fournit la première boite à outils expérimentale pour étudier l'existence de cultures animales, ouvrant ainsi tout un champ de recherche.

Bien que le processus culturel soit souvent considéré comme l'apanage de l'humain, l'existence de variations comportementales persistantes non imputables à des variations génétiques ou écologiques chez des espèces de primates ou d'oiseaux suggère fortement l'existence possible d'une transmission culturelle chez un certain nombre de vertébrés. Pour la première fois chez des insectes, des chercheurs du laboratoire Évolution et diversité biologique (CNRS/UT3/IRD)1, du Centre de recherches sur la cognition animale (CNRS/UT3) et leurs collaborateurs internationaux ont montré l'existence de tous les mécanismes conduisant à la transmission culturelle.

Les drosophiles, aussi appelées mouches du fruit, sont connues pour leur capacité à apprendre et imiter les préférences sexuelles de leurs congénères après avoir observé leurs accouplements. Mais cette transmission peut-elle être considérée comme « culturelle » ?

Lire la suite sur le site du CNRS

Situation d'apprentissage : deux femelles 'observatrices' regardent un mâle vert s'accoupler avec une femelle 'démonstratrice' tandis qu'un mâle rose est rejeté. © David Duneau/Science

Publication

Etienne Danchin, Sabine Nöbel, Arnaud Pocheville, Anne-Cecile Dagaeff, Léa Demay, Mathilde Alphand, Sarah Ranty-Roby, Lara van Renssen, Magdalena Monier, Eva Gazagne, Mélanie Allain, Guillaume Isabel

"Cultural flies: Conformist social learning in fruitflies predicts long-lasting mate-choice traditions"

Science, 30 Nov 2018: Vol. 362, Issue 6418, pp. 1025-1030, DOI: 10.1126/science.aat1590
 
 
 
Contact chercheur

Guillaume ISABEL, 05 61 55 75 82

Guillaume Isabel © CRCA

Les abeilles sont-elles aussi victimes de leur intelligence ?

Pour butiner, les abeilles font preuve de capacités cognitives étonnantes. Mais les pesticides, métaux lourds et autres facteurs de stress attaquent la communication entre neurones, le butinage est perturbé, et c'est toute la colonie qui est en danger. Des biologistes nous en disent plus dans ce point de vue publié avec Libération.

Lire la suite sur le site CNRS Le Journal

 

Contact chercheur
Mathieu Lihoreau, Centre de recherches sur la cognition animale (CRCA - CBI, CNRS/UT3 - Paul Sabatier)

L’effet domino dans les décisions collectives des bancs de poissons

Les chercheurs ont étudié et modélisé la propagation d’information dans des bancs de poissons lorsque ceux-ci changent collectivement la direction de leurs déplacement.

Les résultats, publiés le 25 avril 2018 dans les Proceedings of the Royal Society B, montrent que chaque poisson imite le comportement d’un petit nombre de ses voisins et que ce mécanisme se propage de proche en proche à la manière d’un effet domino.

Les déplacements collectifs de groupes d’animaux constituent un des phénomènes les plus spectaculaires observés dans la nature, mais l’analyse rigoureuse de ces phénomènes est très récente et n’a été rendu possible que grâce aux progrès technologiques réalisés dans l’acquisition et le traitement des données. Ces mouvements collectifs résultent d’interactions locales entre les individus et s’accompagnent de la formation de structures spatiales et temporelles à grande échelle. Ils jouent un rôle fondamental dans la défense du groupe, la reproduction, ou la recherche de nourriture, améliorant la capacité de survie des individus. Pour comprendre ces phénomènes collectifs, il est important de caractériser la dynamique des interactions entre les individus d’un groupe.

Des chercheurs du CRCA à Toulouse, de l’Université Normale à Pékin, et de l’Université de Groningen aux Pays-Bas ont ainsi étudié une espèce de poisson tropical, le nez rouge (Hemigrammus rhodostomus), dont le comportement de nage en banc est très prononcé.

Lire la suite (site du CNRS)

Publication
« Social conformity and propagation of information in collective U-turns of fish schools »
Lecheval V, Jiang L, Tichit P, Sire C, Hemelrijk CK, Theraulaz G.
Proc Biol Sci. 2018 Apr 25 ;285(1877). pii : 20180251. doi : 10.1098/rspb.2018.0251.

Contact chercheur
Guy Theraulaz


Les abeilles comprennent le concept de zéro

Le zéro, qui symbolise le rien, le neutre ou l’absence, étant une construction humaine relativement récente, ces résultats, publiés dans Science le 8 juin 2018, interrogent l’importance symbolique du zéro dans l’histoire des mathématiques.

Il avait déjà été démontré que certains vertébrés maîtrisaient des concepts numériques complexes, notamment l’addition ou la notion de zéro, mais rien n’avait été prouvé chez les insectes. Les abeilles sachant compter au moins jusqu’à 5, les chercheurs les ont formées au concept de « plus grand que » et « plus petit que ».

En savoir plus : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5632.htm

Logo pdfTélécharger le communiqué de presse CNRS

 

Publication
Scarlett R. Howard, Aurore Avarguès-Weber, Jair Garcia, Andrew Greentree, Adrian G. Dyer.
« Bees extrapolate ordered relations to place numerosity zero on a numerical continuum »
Science, 2018. DOI:10.1126/science.aar4975

Contact chercheur
Aurore Avarguès-Weber