Pascal Roullet

Professeur, Université Paul Sabatier

Equipe REMEMBeR

Email, 05 61 55 65 69

Etude des mécanismes de la reconsolidation mnésique

La réactivation de traces mnésiques préalablement consolidées les rend à nouveau labiles. Afin de restabiliser cette trace réactivée et de la stocker de nouveau à long terme, celle-ci doit subir un processus nommé “reconsolidation” qui nécessite une nouvelle synthèse protéique, notamment au niveau hippocampique (Sara 2000, Nader 2003, Artinian et al, 2007, 2008) mais également une dégradation hippocampique (Artinian et al, 2009). Cependant, ce processu s semble dépendre des conditions expérimentales lors du rappel (Artinian et al, 2007) et lors de l’acquisition. En effet, les données obtenues dans notre équipe suggèrent qu’en augmentant la force de l’apprentissage, la synthèse protéique au niveau de la région CA3 hippocampique ne deviendrait plus nécessaire et que le traitement de cette information spatiale s’effectuerait au niveau cortical. Ce résultat est très surprenant puisqu’une telle « corticalisation » de l’information a été démontrée uniquement lors d’un rappel d’une information stockée depuis longtemps. Notre projet actuel est la continuité de ce travail sur le rôle de la région CA3 hippocampique dans la reconsolidation de la mémoire. Plus particulièrement, nous recherchons si ces deux processus sont indépendants ou s’il y a un continuum du traitement de l’information allant de la consolidation synaptique à la consolidation systémique en passant par la reconsolidation synaptique. Nous travaillons également sur le lien entre mise à jour du souvenir et reconsolidation mnésique afin de comprendre la nature du traitement de l’information qui est effectué lorsque l’animal est dans une situation changeante voire même en condition de « spatial pattern completion » ou de « spatial pattern separation ».

La consolidation mnésique d’un apprentissage spatial nécessite 2 vagues de synthèses protéiques alors que la reconsolidation nécessite que la première vague de synthèse protéique. De plus, concernant la dégradation protéique, la consolidation initiale et la reconsolidation ne nécessite qu’une seule vague.

 

Mécanismes de la reconsolidation mnésique : implication pour le traitement du syndrome de stress post-traumatique

Le syndrome de stress post-traumatique (TSPT) se développe suite à une exposition à un évènement traumatique. Une des principales caractéristiques du TSPT est l’apparition de nombreuses reviviscences de l’événement traumatique.

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un trouble anxieux qui se développe après l’exposition à un événement traumatisant. Avec une prévalence sur la vie dépassant 7 %, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est une pathologie particulièrement invalidante avec comme principale caractéristique des reviviscences intrusives. Chez les patients TSPT chronique, des dysfonctionnements neurologiques apparaissent puisqu’une augmentation importante de l’activité de l’amygdale et un hypofonctionnement de l’hippocampe sont observés au cours du rappel de l’événement traumatisant. Actuellement, aucun traitement pharmacologique n’est réellement efficace. Cependant, à la suite des travaux démontrant le blocage de la reconsolidation d’un souvenir aversif chez l’animal grâce au propranolol (Sara, Roullet & Przybyslawski, 1999), Brunet (2007) et le Pr Birmes à Toulouse viennent de montrer que ce b-bloqueur administré lors de la réactivation d’un souvenir traumatique diminue les réponses émotionnelles conditionnées liées à ce souvenir. Cependant, nous ne connaissons pas pour l’instant le mode d’action de ce traitement dans le TSPT et ce projet vise donc à mieux comprendre l’effet de ce traitement afin d’améliorer le protocole thérapeutique utilisé chez l’homme. Le premier objectif de notre étude est de rechercher l’action générale du propranolol sur la consolidation et la reconsolidation mnésique d’une information acquise dans une situation stressante ou non, chez la souris. Nous étudions également les mécanismes moléculaires du propranolol ainsi que le lieu d’action de cette molécule lors de la reconsolidation d’une information stressante en focalisant notre étude sur l’hippocampe, sur l’amygdale et le cortex frontal. Enfin, nous développons actuellement un nouveau test comportemental ou l’animal pourra effectuer des reviviscences spontanées dans un contexte pouvant être aversif ou non ce qui mime le comportement des patients PTSD.

Articles récents

– Villain H, Benkahoul A, Birmes P, Ferry B, Roullet P. Influence of early stress on memory reconsolidation: Implications for post-traumatic stress disorder treatment. PLoS One. 2018 Jan 19;13(1):e0191563. doi: 10.1371, 2018 Jan

– Villain H, Florian C, Roullet P. HDAC inhibition promotes both initial consolidation and reconsolidation of spatial memory in mice. Sci Rep. 2016 Jun 7;6:27015, 2016 Jun

– Villain H, Benkahoul A, Drougard A, Lafragette M, Muzotte E, Pech S, Bui E, Brunet A, Birmes P, Roullet P. Effects of Propranolol, a β-noradrenergic Antagonist, on Memory Consolidation and Reconsolidation in Mice. Front Behav Neurosci. 2016 Mar 14;10:49, 2016 Mar

– Arvanitis DN, Behar A, Drougard A, Roullet P and Davy A. Cortical abnormalities and non-spatial learning deficits in a mouse model of CranioFrontoNasal Syndrome. PLOS ONE. 9:e88325. 2014 Jan

– De Jaeger X., Courtey J., Brus M., Artinian J., Villain H., Bacquié E., Roullet P. Characterization of spatial memory reconsolidation, Learn Mem 21(6): 316-324, 2014

– Arvanitis, D.N., Behar, A., Drougard, A., Roullet, P., Davy, A. Cortical abnormalities and non-spatial learning deficits in a mouse model of CranioFrontoNasal Syndrome. Plos One 9(2): e88325, 2014

Collaborations

– Andrea Mele : Département de Biologie Moléculaire de l’Université « La Sapienza » de Rome

– Alain Brunet, Douglas Mental Health University Institute, Mc Gill University, Montréal, Canada

– Philippe Birmes, Laboratoire du Stress Traumatique, JE2511, Toulouse

– Alice Davy, Centre de Biologie du Développement, UMR 5547, Toulouse

– Elisabeth Christians, Christianne Bierkamp, Centre de Biologie du Développement, UMR 5547, Toulouse

– René Garcia, Réseau « ABC des Psychotraumas », Marseille